Licenciement d’un VRP : renoncer à l’indemnité de clientèle ?

A la suite de son licenciement, un VRP demande à son employeur le versement d’une indemnité spéciale de rupture. Ce que ce dernier refuse, le salarié n’ayant pas renoncé à son indemnité de clientèle…A tort ou à raison ?

Focus sur l’indemnité spéciale de rupture des VRP

Après avoir été licencié, un salarié ayant le statut de VRP demande à son employeur le bénéfice d’une indemnité spéciale de rupture… que ce dernier refuse de verser.

L’employeur indique, en effet, que pour pouvoir prétendre au bénéfice de cette indemnité spéciale, il aurait dû renoncer à son indemnité de clientèle, ce qu’il n’a pas fait.

Pour mémoire, rappelons que tout VRP de moins de 65 ans qui ne peut pas bénéficier de l’indemnité spéciale de mise à la retraite et qui a renoncé, dans les 30 jours suivant la rupture de son contrat de travail, à son indemnité de clientèle, doit recevoir une indemnité spéciale de rupture.

Ici, dès lors que le VRP n’a pas renoncé à son indemnité de clientèle, le juge confirme que l’employeur n’a pas à lui verser d’indemnité spéciale de rupture.

Source : Arrêt de la Cour de cassation, chambre sociale du 2 juin 2021, n° 18-22016

Licenciement d’un VRP : renoncer à l’indemnité de clientèle ? © Copyright WebLex – 2021

Les autres actualité du moment

Generated by Feedzy