Un particulier souhaite acheter un bien immobilier et doit pour cela solliciter sa banque.

Mais il pense qu’il aura davantage de souplesse de la part de cette dernière au trimestre prochain, moment de parution du nouveau taux d’usure.

Un ami lui dit qu’il n’a pas à attendre si longtemps.

À tort ou à raison ?

À raison
Pour mémoire, le taux de l’usure correspond au taux d’intérêt maximum légal que les banques ou autres établissements de crédit sont autorisés à pratiquer lorsqu’ils accordent un prêt.

Alors que les taux d’intérêt remontent fortement, la Banque de France a décidé d’ajuster la périodicité de la révision du taux de l’usure : celle-ci devrait permettre d’éviter qu’un effet de seuil à l’intérieur de chaque trimestre ne repousse les prêts au trimestre suivant.

Ainsi, depuis le 1er février 2023, la révision du taux de l’usure est mensuelle et le sera jusqu’au mois de juillet 2023. La méthode de calcul ne change pas et reste assise sur la moyenne des taux pratiqués lors des trois mois précédents.